Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

YOKOSO

Tchutchu, c'est quoi ?
Je demanderais plutôt, c'est qui ?
Tchutchu c'est mon fils enfin son surnom et ce blog est né le même jour que lui.
Pourquoi ?
Simplement parce que j'en avais envie. C'est un peu comme un journal de bord dans lequel je parlerai de tout, sur tout, sans prétention, enfin j'essaierai, et surtout je parlerai de mon fils, avec l'espoir qu'un jour ce soit lui qui prenne la parole.
.....Bon bah maintenant y aussi sa soeur Ako !!!!!

Recherche

Shonan Beach FM

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 15:37
fight-1.gif

Voilà tout est dans le titre, la grande aventure tant attendue a pris fin le dimanche 28 avril 2010 à 12H42'05" dans une bonne grosse douleur comme jamais je ne l'avais ressentit jusqu'à présent. Mais le principal étant d'être arrivé au bout.
Pourtant les choses avaient quand même mal commencé. La météo, capricieuse ces derniers jours, nous avait laissé espérer jusqu'au dernier moment, et puis non, le week-end arriva avec la pluie pour ne plus la quitter. Alors évidemment quand le réveil a sonné à 05H00, le premier réflexe fut de regarder par la fenêtre, non pour se rassurer, mais pour confirmer ce que l'on entendait déjà avant même de l'avoir vu, les gouttes de pluie venant se fracasser contre le bâtiment.  
Ce cher marathon, tant espéré, commençait bien mal, se rajoutant à cela une tension nerveuse à l'idée de se jeter dedans, qui mêlée au mauvais temps, n'aidait pas le moral à briller. C'est donc tout grelotant que nous sommes partis prendre le train pour nous rendre à Shinjuku, essayant tant bien que mal de rester le plus sec possible, pour retarder au plus tard cette fatidique échéance où l'on finira trempé quoi qu'il en soit.

C'est dans le hall du Keio Plaza que nous complèterons notre tenue, retirant pour l'occasion nos derniers effets chauds, conservant tout au plus un parapluie voir un sac poubelle sur le dos pour certains. 

L'organisation est exemplaire, les sacs contenants nos vêtements de rechanges (fournis et étiquettés par l'organisation) sont à remettre aux camions correspondants, 35 000 sacs à récupérer en 1 heure et denie et pourtant tout est d'une fluidité exemplaire. Il faut dire que les japonais y mettent les moyens, le nombre de "participants à l'organisation' est ahurissant, tout le monde est dans le "trip" du marathon, nombre de ces volontaires sont des perdants du tirage au sort, comme quoi le fairplay règne en maitre ici.

SANY0422.JPG



Une fois délesté de cet excédent de bagages, il ne reste plus qu'à rejoindre notre zone de départ, une répartition des coureurs faite en fonction du temps qu'ils ont déclarés lors de l'inscription. C'est là que nous nous séparons, mon pote Morrslieb et moi même, il est C et je suis E.

SANY0419.JPG



SANY0423.JPG

La zone E est la dernière sur l'axe de départ devant la mairie de Tokyo, à partir de F ils sont en retrait, perpendiculaire à l'axe. Nous faisons partie des derniers à pouvoir profiter du spectacle du Top départ. L'attente est longue, plus d'une heure avant de commencer à battre le bitume.
La pluie ne cesse de tomber, certains comme moi ont conservé leur parapluie, d'autres sont protégés sous des sacs poubelles,et les autres baignent dans leur jus, de toute façon ce n'est qu'une question de temps pour que l'on soit tous logé à la même enseigne.

SANY0425.JPG

09H10, c'est le départ, tout le monde s'élance.....comme il peut, car il n'y a pas de place. Il s'agit simplement de laisser aux premiers le temps de faire coucou au Maire, qui , au passage, lui est à l'abri avec une Ombrella Girl en Kimono qu'on échangerait bien sa place avec la sienne. Et enfin c'est partit  !!!!!!!



Haaaa, la joie de courir sous la flotte, quand je pense qu'à la maison je renonçais à partir courir dès qu'il tombait quelques gouttes, me voilà bien attrapé.
Les premiers kilomètres sont assez difficiles car le rythme est impossible à prendre. Trop de monde. Ce n'est qu'au bout du 5ème kilomètre que l'on commence "vraiment" à y voir plus clair. Jusqu'ici celà ressemble plus à un super G qu'à un marathon, vire à gauche, vire à droite, passe entre deux....attention ça glisse, trottoir, caniveau, trottoir, gauche, droite......rahhh tout un programme.



Tout ça c'est bien rigolo, mais ça fait chuter la moyenne dès les premiers kilomètres et c'est pas bon. Alors quand le panneau des 5 kilomètres apparait au bout de 25 minutes, j'ai un peu le sentiment qu'il faut se ressaisir et j'avale les 5 suivants en 21 minutes. Le rythme est bon, le moral au beau fixe (pas comme le temps !!!) donc je poursuis dans mon élan, après tout y a pas de raison que ça s'arrête (maintenant je sais que si, mais on est con quand on est jeune). Finalement le "semi" se passe sans encombre et la satisfaction est à sa comble; 1H35 pour faire 21 bornes, je me vois déjà frôler les 3 heures à l'arrivée, en tirant un peu plus sur la deuxième moitié pour passer sous les 1H30 au Semi.
MMMhhhhhhh mais ça c'était sans connaître le marathon, Joe le marathon, celui qui te sourit toute la première moitié et te pète les deux genoux quand tu attaque la deuxième. Dans les milieux bien informés on parle d'une légende, une légende urbaine, que les plus anciens appelle "le mur", le mur des 30 kilomètres. Une sorte de rupture, non pas spatio-temporelle, mais physiquo-mentale, une dissociation complète du corps et de l'esprit. La tête est là, présente, elle en veut, elle a la hargne et c'est bien, et puis il y a les jambes, elles, elles ne répondent plus, elles ont déclaré forfait, et pour te le prouver elles verrouillent tout, ça grince et c'est pas bien. Bien sur ça ne se fait pas comme ça, c'est progressif, cela débute par une douleur dans le genou, on se dit que ça passera, puis ça s'amplifie et l'autre prend le relais, alors on pense que le rythme est mauvais, que les jambes s'engourdissent dans une foulée qui ne leur correspond pas, qu'il faut allonger, relancer. Mais rien ne vient. On tente alors le souffle, car heureusement les poumons sont toujours là eux aussi, donc on va les solliciter, redonner un rythme. Mais rien n'y fait. 
Et bizarrement, toi le newbies du marathon, toi qui te voyais déjà embrasser les 03 heures, tout ceux que tu as doublés durant ta belle envolée te repasse devant un par un, petit à petit. Tout à coup tu te rappelle cette remarque que tu t'étais faite dans la tête, que tout ceux qui t'entouraient portaient la lettre A sur leur dossard et tu te payais le luxe de les croquer.  Et bien il y avait une raison à cela et elle s'éclaire à toi comme un mur dans ta face. Et ça fait mal !!!!!
La suite n'est que pure agonie, la foulée se rétrécie à mesure que la douleur augmente, et je ne parle pas des bras engourdis par le froid qui délivre une petite décharge électrique à chaque fois que vous tentez de les réveiller, non je ne m'apitoie que sur les jambes. Les kilomètres me séparant de l'arrivée sont de plus en plus long et ce n'est pas une vue de l'esprit car le chrono s'allonge à mesure qu'ils défilent. Pour preuve, 31'57" pour aller du 35ème au 40ème et 13'58" pour finalement relayer les derniers 2,195 kilomètres de la course. Dur, c'est vraiment dur. Seul soulagement, la pluie a cessé après trois heures de course.
Finalement je franchis la ligne d'arrivée après 3h 37' 24". Mes jambes ne répondent absolument plus, je erre au milieu des autres coureurs, on se croirait dans un film de Romero, tout les runners ne sont que zombies, chacun récupère sa collation, sa serviette du finisher et sa médaille en tentant de sourire au Staff qui n'a de cesse de nous féliciter, ils ont une énergie qui fait plaisir à voir, mais moi je ne demande qu'à m'asseoir.



Finalement tout le monde termine dans un gigantesque Hall du Tokyo Big site reconvertit en vestiaire géant. J'y retrouve mon compagnon d'infortune qui bien qu'ayant fini avec 13 minutes d'avance, a grave ramassé lui aussi. On se complaît dans notre douleur, tout fier que nous sommes d'avoir terminé, et déjà il faut penser à appeler la petite femme qui attend dehors avec la marmaille.

Alors bien sur, on a traversé Tokyo, c'est vraiment impressionnant et jubilatoire, mais malheureusement, me concernant, la contemplation n'aura été que de courte durée, le temps, je crois, de traverser Shinjuku, l'effort et la concentration de la course (non, non je ne me la pète pas !!!) prenant très rapidement le dessus. Après je ne me rappelle que de parcelles du parcours, comme Asakusa, où certains éléments du décor sont visuellement remarquables.
Toujours est il qu'il s'agit d'une foutue grande expérience, un bonheur et une torture à la fois, mais la satisfaction personnelle est tellement grande, que cela mérite d'être vécue.
A quand le prochain marathon ?

refresh6-0564.JPG 

.
..
...
....
Juste histoire, la photo qui suit a été prise peu après la sortie du vestiaire:

SANY0431 
I'm just so desgusted !!!!!

L'organisation vient d'officialiser le prochain marathon de Tokyo, qui se tiendra le 27 Février 2011........ oserais-je ???? 

@+ 

Partager cet article

Repost 0
Published by Korben Dallas - dans Tokyo Marathon 2010
commenter cet article

commentaires

Mauchamp 07/06/2010 17:49



Bonjour,


je viens de traverser votre blog et, je suis en train de me "préparer" pour le marathon Tokyo 2011.


D'abord bravo pour ton temps (vu le monde) qui est pas mal du tout, j'étais sur les même bases que toi en semi, et, hélas pour moi je ne descend pas sous les 3h40 en marathon.


Mon problème réside dans l'inscription, car je regarde dans les agences spécialisées mais, les tarifs sont très élévés. De plus je vais au Japon une fois par an, et je pense pouvoir me
débrouiller seul pour le voyage, j'en ai l'habitude.


Je voulais juste savoir en gros comment tu t'y étais pris?


merci à toi et encore bravo!



Korben Dallas 13/06/2010 00:40



Bonjour,


D'abord merci, je reconnais être fier de mon temps surtout pour une première.


Concernant l'inscription au marathon 2011, deux possibilités s'offrent à toi, le package tout en un voyage + participation, ce que je ne croyais pas possible vu les conditions de participations,
enfin bon !!!, et l'inscription perso, entre le 1er et le 31 aout (en tout cas 2010 c'était ainsi) ensuite tu n'as plus qu'à espérer être tiré au sort courant octobre.


Je suis sceptique sur le tout en un car les conditions d'inscriptions sont très strictes et pourtant ils semblent qu'il y ait du favoritisme pour les étrangers qui ont des "moyens". Je tiens ces
propos car ma femme est persuadée, en bonne japonaise, que le tirage au sort est équitable, sinon les japonais seraient les premiers à hurler au scandale, eux qui sont plus de 250 000 a essuyer
une reponse de non participation à l'issue du tirage au sort.


Nous, pour 2010, nous avons jouer l'inscription solo, à cela près qu'à la fin du bulletin "individuel" d'inscription, dans la rubrique commentaire, nous avions fait état avec mon binôme, de notre
inscription respective avec nom prénom et date de naissance, précisant qu'on voulait participer ensemble ou rien. Je ne saurais dire si cela à jouer en notre faveur, en tout cas ça ne coute rien
de le faire.


Pour l'instant le site officiel pour 2011 n'est pas ouvert, je vais régulièrement sur celui de 2010 et toujours rien à part la date. En tout cas il y avait pour 2010 une rubrique en anglais et
l'inscription se faisait en anglais.


Je reprendrai l'activité du blog bientôt notamment pour parler du marathon 2011, donc dans le pire des cas les infos seront disponibles ici.


Voilà tu en sais autant que moi, il n'y a plus qu'à patienter et normalement dans un mois et demi les inscriptions seront ouvertes !!!!  Bonne chance.