Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

YOKOSO

Tchutchu, c'est quoi ?
Je demanderais plutôt, c'est qui ?
Tchutchu c'est mon fils enfin son surnom et ce blog est né le même jour que lui.
Pourquoi ?
Simplement parce que j'en avais envie. C'est un peu comme un journal de bord dans lequel je parlerai de tout, sur tout, sans prétention, enfin j'essaierai, et surtout je parlerai de mon fils, avec l'espoir qu'un jour ce soit lui qui prenne la parole.
.....Bon bah maintenant y aussi sa soeur Ako !!!!!

Recherche

Shonan Beach FM

4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 22:52

pirate-3

 

Un an et deux posts, voilà tout ce qui nous sépare depuis la rentrée précédente. A croire que le temps a filé au point de ne rien pouvoir faire....et pourtant tant de choses se sont produites. En tout cas nous y voilà, le premier met enfin le pied dans le monde qu'il attendait tant, le CP, tandis que la seconde savoure sa dernière année d'innocence, qu'il est bon d'être enfin grande parmi les petits.

DSC02823.JPG

Bien entendu, il n'était pas concevable que mademoiselle n'accompagne son frère. C'est donc à deux qu'ils ont découverts la primaire, une rentrée anticipée en quelque sorte pour elle et un soutien moral pour lui...bien que je doute que cela lui fut nécessaire.

DSC02851.JPG

Cette année elle sera pour la première fois seule à arpenter la cour sans la bienveillance de son frère. Une bonne occasion pour suivre son propre chemin hors du sillon tracé par l'aîné.

DSC03466.jpgDSC03472.jpg

...il y a 4 ans, souvenirs d'une rentée en "tout petite section".

Mais qui inventera la machine à arreter le temps ?

 

See you next time space cowboy.

Published by MisterPainDpiss - dans Tchutchu
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 15:35

pirate-3

 

Une fois n'est pas coutume, depuis bientôt 6 ans que ce blog existe, je vais me fendre d'un petite séance photo du souvenir.

Studio-Hana-2011---O-Hime-Sama---O-Tono-Sama 0262

O-Tono Sama

 

Studio-Hana-2011---O-Hime-Sama---O-Tono-Sama 0279

O-Hime Sama

 

Studio-Hana-2011---O-Hime-Sama---O-Tono-Sama 0171

Le temps passe...les souvenirs restent.

 

See you next time space cowboy.

Published by MisterPainDpiss - dans Tchutchu
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 05:00

stoned-4.gif

 

Comme quoi, on finit toujours pas y arriver.

Bien qu'ayant raté celui de Tokyo 2011 j'aurais finalement réussi à faire celui-ci:

Shonan International Marathon, le 03-11-2011.

20111103photo.jpg 

 

C'est vrai quoi, après tout il faut bien s'occuper un peu. Donc pour pimenter un peu ce séjour au Japon 2011, qui devait théoriquement avoir lieu au printemps mais que des évènements tragiques nous ont conduits à repousser, j'ai de nouveau participer à cette épreuve qu'est le marathon. Pour mémoire le récit de celui de Tokyo en 2010.

.....ha oui au fait, je suis au Japon !!! Mea culpa, j'ai un peu (beaucoup) négligé ce blog, et l'annonce de ce voyage n'y a même pas été faite. Mais à défaut de l'avoir écrit, j'y suis.

Donc ce marathon, pas franchement préparé comme le précédent, si ce n'est à ma façon c'est à dire sans...façon. Pas de programme particulier ni calcul scientifique pour optimiser mes performances tout juste une montre au poignet, certes un peu "hype" de chez nike mais ça c'est le petit plaisir perso, pour suivre mon trajet.

Donc forcément quand la préparation n'est pas optimale, le calvaire lui est maximal. Mais avant de m'appitoyer sur mon sort, reprenons les choses à leur commencement.

Une inscription préalablement nécessaire à la participation mais aussi à la préparation, avec l'envoi du dossard et d'un Tee-Shirt fort sympatique (certaines courses pourraient en prendre de la graine).

Japon-2011 1278 copie blog

Cette année, je me suis jeté dans la cour des grands. Compte tenu de mon résultat en 2010, je me retrouve dans le groupe C. C'est sympa mais faut l'assumer.

Un marathon se courant classiquement un dimanche, celui-ci profite d'un jour férié qu'est le 3 novembre, pour se courir un Jeudi. Le départ étant donné à 09h00, c'est donc aux aurores qu'il faut se lever pour rejoindre le village où sera donné le départ.

Japon-2011 1279

Malgré la densité du réseau de transport au Japon, il me faudra pas moins d'une heure et demi pour y arriver. 1 heure de train et 30 minutes de marche, le réveil musculaire est assuré ça ne fait aucun doute.

Japon-2011 1281

Evidemment il est conseillé d'être dans les blocs 1 heure avant le départ, sachant que préalablement on se change, on dépose les affaires à la consigne et on profite un peu des animations du village, tout mis bout à bout, j'ai du quitté la maison à 5h15.

Japon-2011 1283

L'ambiance dans ce genre de rencontre sportve est excellente. Ici l'épreuve est soutenue par des vedettes de la télévision nipponne qui y vont de leur show. La joile demoiselle en jaune, Ai Haruna, au physique très plaisant et richement doté par dame nature, est en réalité un homme, dont la célébrité repose uniquement sur sa transexualité (mais il est grave bonne !!!). 

Alors forcément, y a pas grand monde pour se prendre au sérieux et les déguisements que certains arborent pour courir confortent cette idée. D'ailleurs pour certains, vu l'ampleur du grimage, il faut un sacré niveau pour finir les 42km195 ainsi vétu. Celui qui m'aura le plus marqué durant la course, c'est un salary men (employé), en costume/cravatte, attaché case à la main, chaussures de sport tout même, arborant fièrement un groupe B, et tenir un rythme à faire palir. Et croyez moi, le pubic n'était pas en reste à son passage. Je rêverai d'en faire autant, mais faut du niveau quand même.

Japon-2011 1282

Après une apparition du soleil durant l'attente dans les blocs, faisant craindre une chaleur étouffante, celui-ci est resté masqué par les nuages toute la journée, maintenant un 18 à 20°C pendant la course des plus agréable. Bilan, une météo au top.

Le cadre tout aussi sympatique, en bord de mer, pour un tracé roulant mais un peu fade. Grosso modo, un aller et retour de 21 kilomètres chacun sur une grosse nationale (pour voir le tracé) et un final de cauchemar mais j'y reviendrai.

http://www.shonan-kokusai.jp/6th/images/course/closeup_coursemap.jpg

La course en elle même, ma course. Tout débute bien, je me cale sur un 4'30" au Km avec l'espoir de le maintenir tout le long...et oui l'espoir fait vivre. Dans un premier temps, pas évident car les premiers kilomètres tout le monde se marche dessus, il faut donc slalommer dans tous les sens pour se frayer un chemin. Bien que du même groupe on ne va pas tous à la même vitesse et il faudra bien attendre le 7ème kilomètre pour que le gros de la troupe s'aère et que la circulation devienne fluide. L'an dernier déjà, je m'étais frayé un chemin comme un guedin, ce qui m'avait couter très cher par la suite. Cette année j'ai joué la carte du rythme, maintenir mon objectif coute que coute, sans le dépasser pour ne pas me griller d'avantage, ce qui a porté ses fruits...sur les 20 premiers kilomètres. En arrondissant, je boucle le semi en 1h35', ce qui sans être exceptionnel sur cette distance, laisse augurer que du bon (pour moi) sur le full, à condition évidemment de maintenir le cap. Et ç'est là que tout se bouscule, du 18eme au 21ème je perds 30" au km et après c'est la dégringolade, les jambes sont lourdes, font extrêmement mal et le moral tombe d'un coup, je n'ai qu'une seule envie: me mettre sur le coté, lacher l'affaire et rentrer en marchant. Pour autant, les gens autour de moi continu de courir, chacun à son rythme et là, le moral en prend encore un coup. On scrutte sans cesse les dossards des autres pour voir à quel groupe ils appartiennent, dès fois que les suivants nous rattrapent. "Merde, quoi, je ne suis pas venu là pour m'étaler de cette façon".

Et pourtant il reste encore plus de 20 km à parcourir et le mental et le physique vous ont déjà laché, c'est le "mur". Celui dont tout le monde vous parle quand vous débutez dans le marathon. Ce "mur" si caractéristique, qu'on ne sent pas venir, car quelques kilomètres avant, on se voyait bouffer tout le monde jusqu'à la ligne d'arrivée. J'ai bien tenté de l'éviter en profitant de tous les ravitaillements mais cela n'aura pas suffit, il se tient là, face à vous, inévitablement. D'ordinaire il arrive plus tard, vers le 30ème kilomètre dit-on. Mais c'est surtout en fonction de chacun, de sa forme du moment et de ses réserves. Car ce mur marque la limite de l'épuisement de vos ressources énergétiques avant que le corps n'aille puiser dans les stocks "d'urgence". Et à la façon du voyant rouge sur le tableau de bord au moment du passage en réserve, le mur vous vous le prenez en pleine face histoire d'être sûr que vous ayez bien compris le message d'alerte. Seulement, à la différence de la voiture, il ne suffit pas de le constater pour pouvoir conitnuer, là il va falloir lutter contre soi-même pour taper dans la réserve. C'est donc un autre combat qui commence entre la raison et la fierté. La première vous engageant aprement à vous arrêter. "C'est vrai quoi, à quoi bon se faire autant de mal ?".Et la seconde, celle qui fait faire tant de conneries quand on est jeune, et même moins jeune, qui vous traite de tous les noms d'oiseaux, vous passe dans la tête toutes les images susceptibles de vous faire lacher ne serait ce que quelque gouttes d'adrénaline pour relancer le machine.

Le cauchemar durera ainsi jusqu'au 25ème km. Assimilation du ravitaillement, accès aux réserves, je ne saurais le dire. Quoi qu'il en soit, le corps se redresse, le regards plonge vers l'horizon, la foulée s'allonge, le moral revient, le sourire avec, je suis presque euphorique, tellement heureux de ne pas avoir abandonner. Quand l'espoir renaît d'arriver jusqu'au bout.

Mais l'éclaircie n'aura été que de courte durée, 5 km après , un second mur. je n'ose y croire, il me reste plus de 10 km à parcourir, ça ne passera jamais. Toutefois, les données ont changé, le corps souffre mais le moral tient bon et c'est ce qui compte. "On fera avec, après tout c'est la tête qui commande, bon dieu !".

Et la fin se déroulera ainsi, entre baisse de régime et regain d'énergie, à la façon d'un oscilloscope en mode courant alternatif (haaaa nostalgie des cours de techno').

Mais quelque chose me tracasse malgré tout, on se rapproche de plus en plus de notre point de départ, pour autant il reste trop de kilomètres à parcourir pour que ce soit l'arrivée. Mais cette finish line est belle et bien là, au milieu du village, et déjà je la vois sur les hauteurs, quelques centaines de mètres nous en sépare, et la montre affiche 38 km. Il y a quelque chose qui cloche. Difficile de réfléchir quand y a plus de sucre à brûler. Quand le flash, le tracé du parcours s'impirme devant moi..."les enc'...!!!" les derniers kilomètres font une boucle, on poursuit sur la ntaionale pendant 2 kilomètres avant de revenir......"OHHH la misère !!!". Dorénavant les gens que je croise de l'autre coté de la glissière se rapproche de l'arrivée tandis que je m'en éloigne. Dur ! Très dur ! Trop dur ! Le moral rend l'âme, adieu chrono, bonjour "Walking Dead", c'est l'errance qui commence.

Les mètres ne défilent plus, le temps s'est arrêté, j'ai pris 30 ans dans le nez, je suis un vieux qui n'en veut plus. L'agonie est longue mais quelqu'un semble la partager avec moi. Quelques temps déjà que nous sommes cote à cote, strictement au même rythme, si on peut encore en appeler ça un. Frère d'une souffrance, frère d'une course, il engage la conversation. Une conversation simple, ponctuée d'essouflements, d'un mélange de japonais et d'anglais et de douleurs musculaires. Cette rencontre me relance, et malheureusement l'écart se creuse, je l'encourage à me suivre mais rien n'y fait. Mais peut être aurais je du rester à son coté car la reprise est éphémère alors que le dernier ravitaillement, au 40 km, approche, en sortit de boucle, ouvrant sur la dernière ligne droite. Une grande question se pose, je me désaltère ou pas, si je le fais je vais m'arrêter et marcher pour ne surement plus jamais repartir, la tentation est grande et je vais y céder.

Il reste 2km195 et je marchouille. Comme je ne cours plus, les jambes font extremement mal, c'est presque pire qu'avant..."Et merde, je ne vais pas craquer maintenant !", je tente d'allonger la foulée, ça fait mal, ça doit pas ressembler à grand chose, mais je vois sur l'affichage de ma montre que je cours, je ne marche plus. C'est alors que mon binôme des enfers surgit de nulle part, 'Ganbare" qu'il me crie "c'est bientôt fini". Il a cent fois raison le bougre, il est déjà loin mais je l'accroche et ne le lacherai plus. Mètres après mètres je vais remonter jusqu'à lui.

 

Japon-2011 1290

Japon-2011 1291

C'est ici que je reviens à sa hauteur. A moins de 200 mètres de la fin, la course se termine sur une boucle ascendante, un carnage, mais le moral est revenu, l'euphorie de l'arrivée, lui il souffre, à moi de le tirer, je l'encourage, j'ai de quoi partir pourtant je reste à coté de lui. Arrivé là le chrono on s'en fout c'est l'esprit qui compte. Nous franchissons l'arrivée ensemble, 3h40'47" c'est la fin d'un calvaire, d'une souffrance volontaire. C'était génial !!!.

Japon-2011 1285

Un put' d'esprit qui vous fait avaler 42km195 pour ça. Mais c'est trop bon, et je n'ai qu'une envie....recommencer.

Je dis ça maintenant, que je suis reposé et que la douleur a disparu. Car pendant la course, c'était putôt "qu'est ce que je fous là". Mais il faut bien reconnaitre que c'est une sacré défi pour soi même. Evidemment je parle en tant qu'amateur, je ne suis pas sur que les pros vivent cette épreuve de la même façon, et mon histoire leur paraitrait bien exagéré. Mais il se passe tellement de chose dans la tête durant cette course que j'invite quiconque ayant envie de se défier à le faire, ça fait du bien soyez en certains.
Japon-2011 1286
Japon-2011 1288
Japon-2011 1287
Après l'effort le réconfort, un village digne de ce nom, installé au milieu d'un parc aquatique, des échoppes partout, plein de bonnes choses à manger et de la bière pour se ressourcer...j'ai déclarer forfait, la route est encore longue jusqu'à la maison.
Prochain rendez-vous Paris 2012, la place est déjà prise, on essaira de faire mieux.
See ya.
Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 20:49

pirate-3

 

Une de plus, le temps passe et ils en sont les témoins vivants.

Qui n'a jamais entendu ses parents répéter inlassablement: "comme le temps passe"; "plus tu vieillis pire c'est"; "les années défilent"; "les enfants nous poussent"...et bien malgré le fait que petit j'en riais sans trop en comprendre le sens; force est de reconnaître que les anciens ils faisaient pas que radoter (..scuses M'man c'est pour la forme). Car....

...Nous y revoilà. Après une année pleine de surprises et d'imprévus on recommence un cycle qui va se répeter encore 20 ans (....je prévois large !!!). Grande Section pour l'un, moyenne section pour l'autre, tous les jours ils en apprennent un peu plus et nous étonnent toujours plus. Avouons le, ces moments passent vite et même si parfois ils paraissent longs, on fini toujours par les regretter.  

 

DSC00938.JPG

Le "grand" comme je l'appelle est devenu un petit jeune homme, et la "frangine" glisse tout doucement vers la petite demoiselle.........avec tout ce qui va avec....Vive les mecs !!!!!!

En tout cas, ce fut une rentrée placée sous le signe de la bonne humeur, nous fûmes à l'heure (..pour une fois !!!) et comme à leur habitude les enfants étaient plus pressés de retrouver leurs amis et maitresses que de perdre 10 secondes à pleurer dans les jupons de maman .....Monde cruuuueeelllll  !!!!!  Les prémisses de l'indépendance.

Pas grand chose de plus à dire, si ce n'est se rappeler parfois, enfin surtout, dans les moments où on les accrocherait volontiers au mur pour les laisser sécher, que ces moments là ils sont uniques et qu'il vaut mieux en profiter que de les regretter.

 

Sur ce, presque 6 mois que je n'avais pas posté, un retour s'imposait.

 

See you next time space cowboy.

Published by MisterPainDpiss - dans Tchutchu
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 21:28

5

 

Voilà, le sort en est jeté, nous annulons notre départ pour la Japon.

Il fallait bien faire un choix à un moment ou à un autre, c'est désormais chose faite, et malheureusement les événements auront eu raison de notre détermination. Il est certains que cette décision s'accompagne d'une bonne dose d'amertume, mais voilà on ne choisit pas toujours et en la circonstance notre situation est de loin bien insignifiante comparée au malheur d'un grand nombre.

Toutefois, je tiens à préciser que nous ne fuyons pas ce mal invisible qui effraie tant les gens. Ce serait bien un comble alors que je défends la cause du Japon face aux discours alarmistes de certains médias.......encore qu'en ce moment le Japon tout le monde s'en cogne un peu, une actualité chassant l'autre.

Bref, cela pourra paraître dérisoire pour certains mais notre choix est plus d'ordre éthique et pragmatique. Le Japon vit une crise grave, certains magasins manquent de denrées rares, dont le riz et l'eau sur laquelle tout le monde s'est jeté pour nourrir bébé; les gens vivent au rythme des coupures d'électricité pour compenser la perte que représentent les centrales à l'arrêt.

Dans ces conditions, pour madame, ajouter 4 bouches à nourrir, qui en plus vont consommer des Watts, c'est un crève coeur, une trahison vis à vis des siens qui contribuent à l'effort "post-apocalypse". Pour ma part, d'apprendre que l'école où doivent aller les enfants, raccourcis ses horaires d'accueil dans le même soucis collectif de résurrection, achève de me convaincre que notre place n'est pas là bas en ce moment. Et pourtant ce n'était pas faute de partir en prévoyant de contribuer à l'effort général en rejoignant une association sur place pour prêter main forte aux sinistrés. Le voyage étant avant tout organisé dans le but de scolariser les enfants durant 4 mois, si l'expérience ne peut être vécue de façon pleine et entière, soyons adultes et revenons quand les circonstances seront favorables pour tout le monde. Nul besoin de s'entêter.

En attendant, nous tacherons de contribuer à l'effort par d'autres moyens. Et cela commence par là:

www.pray-for-japan.org

Si vous ne savez pas quoi faire le dimanche 3 avril, venez participer à ce bazar de charité dont l'intégralité des fonds récoltés sera versée à la croix rouge japonaise.

L'épisode "Tokyo Marathon 2011", s'achève donc sur deux échecs, le premier de ne pas pas avoir pu participer à la course, le second, un renoncement conséquence directe d'une tragédie face à laquelle nous préférons nous faire petit.

......mais pas de problème, la suite est déjà en projet !!!!!!  

 

See ya.

Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 23:05

Baron

 

La nouvelle a fait le tour du globe: l'eau de Tokyo est radioactive et impropre à la consommation !!! Pas cool.

Le niveau est deux fois supérieur à la limite autorisée pour les nourrissons. Pas glop.

Oui mais.

Pas facile de trouver des chiffres quand tout le monde colporte des "deux fois plus" sans même savoir de quoi il en retourne. Toutefois, j'ai trouvé:

"Une concentration d'iode de 210 becquerels par kilogramme a été relevée sur des échantillons de l'eau courante, alors que la limite fixée par les autorités nippones est de 100 becquerels pour les bébés, a expliqué un responsable du gouvernement métropolitain de Tokyo."  Source RTL.fr 

Voilà, maintenant les choses sont claires, 210 au lieu de 100 pour les bébés. Comme il est plus facile de crier au loup que de lui attraper la queue, je vais apporter une précision: Le japon a des normes plus restrictives que les nôtres.

La france applique la directive Euratom, qui nous dit:

Niveaux maximaux admissibles concernant les denrées alimentaires en Bq/Kg

Pour les isotopes de l'Iode dont l'Iode 131:

Aliments pour nourrissons: 150 Bq/Kg

Produits laitiers: 500 Bq/Kg

Autres denrées alimentaires: 2000 Bq/Kg

Liquides destinés à la consommation: 500 Bq/Kg

Objectivement nous sommes quoiqu'il en soit au-dessus des normes concernant les nourrissons. Toutefois on conserve encore une marge pour les adultes (500 Bq/Kg). Il ne reste plus qu'à espérer que cette situation soit transitoire et que les nivaux n'augmentent guère plus, sous peine de compliquer gravement une situation qui l'est déjà suffisamment. En soi des valeurs qui surfent sur les limites ne présentent pas un "grand" danger, mais le sacro saint principe de précaution est là pour nous rappeler la limite à ne pas franchir.

Un petit mot sur les denrées alimentaires qui ont été interdites, là il n'y a rien à dire, les échantillons contrôlés sont largement au dessus des seuils. Et comme toujours dans pareils cas, on ratisse large n'en déplaise aux producteurs.

Histoire d'anticiper avant l'heure, voici les valeurs pour tout autre nucléide à période radioactive supérieure à 10 jours,notamment Cs-134 et Cs-137

Aliments pour nourrissons: 400 Bq/Kg

Produits laitiers: 1000 Bq/Kg

Autres denrées alimentaires: 1250 Bq/Kg

 Liquides destinés à la consommation: 1000 Bq/Kg

 

 

Comme d'hab, à suivre, en espérant de meilleurs nouvelles.



Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:26

Baron

 

Allez, on y retourne pour les petits relevés de mesures.

Celui d'hier pour mémoire.

mesures au 20 mars

Celui d'aujourd'hui pour info

mesures-au-21-mars.jpg

 

Ce coup-ci on peut dire que les choses ont évolué, on a des valeurs multipliées par 2 sur un axe Nord Sud, dans le prolongement de Fukushima. Ceci pourrait s'expliquer par le fameux changement de vent tant attendu et tant redouté, qui pousse les rejets vers le sud de l'île, en plein sur Tokyo, au lieu d'en faire profiter les poissons du pacifique.

Toutefois, ces valeurs restent acceptables et s'inscrivent pour la plupart dans une moyenne normale pour ne pas dire "naturelle". Quoi qu'il en soit, pour l'instant il fait toujours bon vivre dans la capitale.

A suivre.

Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 21:22

Baron

 

Puisqu'il semble que les relevés de mesures se fasse très fréquents, profitons en et comparons.

En premier celui du 18/03 et en second celui du 20/03:

mesure au 18 mars

mesures-au-20-mars.jpg

Alors, je rappelle pour les absents du derniers rangs qu'une radio des poumons c'est 50 µSv et un A/R Tokyo - NY 200 µSv.

La situation est inchangée, les fluctuations constatées sont dites naturelles dans une fourchette de 30% (cf IRSN).

Toutefois, afin d'être plus parlant, je propose que l'on se jette dans la bataille des chiffres et que nous comparions ces valeurs avec celle de la France......histoire d'ouvrir les esprits les plus fermés.

Tout d'abord ma source: l'IRSN, Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.  L'Organisme de référence français pour ce qui concerne la radioprotection et la sureté Nucléaire (facile c'est dans le nom) dont la surveillance du territoire via le réseau Téléray, réseau de balises de mesure de la radioactivité dans l'environnement en temps réel.

Le lien suivant renvoie vers la cartographie temps réel de la France (il y a aussi l'Outre Mer accessible depuis la page d'accueil)

Comme je ne peux intégrer la carte à ce post, je vais la jouer vieille école avec prise de note des points caractéristiques.

Avant tout chose, on se met d'accord sur les unités en vigueur, c'est le pire mal-entendu qu'il puisse y avoir. L'IRSN parle en nanoSievert par heure (nSv/h), tandis que les cartes japonaises affichent du micro-Sievert par heure (µSv/h), soit un rapport 1000 entre les deux:

1 µSv/h = 1000 nSv/h

1 nSv/h = 0,001 µSv/h

Maintenant comparons à la date du 20/03 le Japon:

TOKYO 0,045 µSv/h soit 45 nSv/h

 

KANAGAWA 0,047 µSv/h soit 47 nSv/h

 

CHIBA 0,032 µSv/h soit 32 nSv/h

 

TOCHIGI (utsunomiya) 0,153 µSv/h soit 153 nSv/h

 

YAMAGATA 0,040 µSv/h soit 40 nSv/h

 

NAGANO 0,066 µSv/h soit 66 nSv/h

 

FUKUSHIMA 8,330 µSv/h soit 8330 nSv/h

 

Avec la France:

ORLY 70 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:30:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 70
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 73 +/- 30%

LA DEFENSE 110 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:20:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 110
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 77 +/- 30%

PARIS 60 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:30:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 60
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 53 +/- 30%

BOULOGNE SUR MER 100 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:50:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 100
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 88 +/- 30%

QUIMPER 120 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:35:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 120
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 114 +/- 30%

PERPIGNAN 130 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:20:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 130
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 136 +/- 30%

NICE COTE D AZUR 60 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:15:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 60
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 85 +/- 30%

AIGUILLE DU MIDI 260 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 20:00:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 260
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 255 +/- 30%

MONTLUCON 230 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:25:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 230
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 223 +/- 30%

STRASBOURG  100 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:40:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 100
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 116 +/- 30%
Allez, pour prouver ma bonne foi, un dernier, mais j'ai ramé pour le trouver celui-là:

LE MANS 40 nSv/h

date de la mesure : 20/03/2011 à 19:20:00
grandeur mesurée : débit de dose
valeur : 40
unité : nanoSievert par heure
moyenne 2010 : 57 +/- 30%
le "+/- 30%" c'est :"Le niveau de radioactivité fluctue naturellement de plus ou moins 30% selon les conditions météorologiques." (source IRSN)

Alors maintenant on dit quoi ? Bizarrement il fait meilleur à Tokyo que dans pas mal d'endroit de France.........mais alors on m'aurait mentit ?? (avec l'accent c'est mieux mais à l'écrit c'est chaud)
Que c'est la psychose au Japon, que les Tokyoites portent des masques pour se protéger de la contamination, quand les images de TF1 en montrent 1 sur 10 et encore je suis généreux. Ha mais on me glisse dans l'oreillette qu'en ce dimanche 20 mars, nous fêtons le printemps !!! Roohh, que les allergiques se protègent !!!! enfin je dis ça, j'dis rien. 
En attendant le vent souffle toujours en la faveur du Sud Japon, pourvu que cela dure.
Bon courage aux équipes qui bossent sur place.
See you for the next bulletin.
Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 17:54

Baron

 

Voici le dernier relevé de mesures effectué par le gouvernement japonais sur l'ensemble du territoire japonais.

Les valeurs sont µSv/h (micro-sievert par heure), je vous laisse seul juge d'en apprécier le résultat ... ou pas. Personnellement mon opinion est faite.

mesure-au-18-mars.jpg

Pour ceux à qui ces chiffres ne parlent pas, surtout sans valeur de référence ni bruit de fond d'origine, sachez et ce sont les exemples qui sont donnés, qu'une radiographie X des poumons équivaut à une dose de 50 µSv et un aller/retour Tokyo-New York à 200 µSv (et oui voler haut rapproche du rayonnement cosmique) soit l'équivalent de 1111 heures et 4444 heures passées à Tokyo.

Allez je vous aide un peu, voici un extrait du site de l'IRSN:

"A titre de comparaison, la dose annuelle moyenne reçue en France due à la radioactivité naturelle et aux expositions médicales est de 3,7 mSv."  voir ce lien.

Alors nous allons faire un calcul tellement simple que même les journalistes vont pouvoir comprendre:

Débit de dose à Tokyo aujourd'hui: 0,045 µSv/h

Nombre d'heures dans une année: 24 x 366 = 8760 heures, je suis beau joueur, j'ai pris une année bissextile.

Donc, je prends mon débit de dose à Tokyo où je vais séjourner 1 an et j'obtiens: 0,045 x 8760 = 394,2 µSv.

Donc si je passe 1 an à tokyo à compter d'aujourd'ui je vais prendre 400 µSv d'ici à l'année prochaine......trop trop dur !!!! Si je compare à la valeur en France, qui je rappelle est de 3,7 mSv, je peux même me permettre de faire 1 aller/retour à NY par mois et 18 radios des poumons pour le même prix. Elle est pas belle la vie.

.....en fait jaurais pu être journaliste......

.....ha j'oubliais, 1 mSv = 1000 µSv et inversement 1 µSv = 0,001 mSv..... ça peut aider ceux qui s'enflamment avant d'avoir tout lu.

 

Bien évidemment, je ne nie absolument pas la situation préoccupante aux abords de la centrale et dans le périmètre d'exclusion. Mais pour le reste, les chiffres parlent d'eux même, pour aujourd'hui.

 

A bon entendeur, salut.

Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 13:39

Baron

 

MMhhh comme la situation a bien changé en quelques temps. Que faut il en penser ?  que faut il faire ?

Nul besoin de revenir sur les éléments, je crois que même les indigènes de Papouasie sont au parfum. Mais à quel parfum ? Pour suivre l'actualité en quasi permanence, il faut bien reconnaître que l'information qui nous est donnée est une merde sans nom. Excessive dans le ton, gonflée de catastrophisme, débordante d'explications erronées, contradictoires voire fausses, et surtout distillées avec en moyenne 8 à 12 heures de retard sur l'événement. Les journalistes, ils se présentent ainsi, nous vomissent leur discours digne des plus mauvaises séries B américaines. Et je ne parle pas de la musique mytho et sur fond de logo "ALERTE NUCLEAIRE", je crois nager en plein mélo, sans compter ces envoyés spéciaux qui interprètent des propos et des situations qu'ils ont devant eux sans même en saisir le fond, préférant s'accrocher à la forme dont ils ne saisissent même pas le sens profond. Par pitié, cessez de chercher des images pour illustrer les propos que vous ont commandés vos patrons en régie. Un témoignage en guise de vérité, un exemple en guise de généralité, pardonnez moi si l'ai déjà dit sur Facebook, mais j'ai pris des bulles en dissertation pour moins que ça.

Bref, l'heure n'est pas à aboyer, je préfère donc éteindre ma télé. Il y a plus grave et surement plus d'énergie à dépenser ailleurs.

Tout d'abord, je souhaite attirer l'attention du peu de lecteur dont je fais l'objet, sur ces "volontaires" dont personne ne parle et qui risquent leur vie pour sauver le destin des leurs et par extension le nôtre.

Actuellement la crise est grave; des milliers de morts et blessés, et des centaines de milliers de victimes encore dans les décombres ou entassés dans des gymnases, sans eau courante ni électricité ni médicament, avec des risques d'épidémie tous les jours plus pressant. A cela s'ajoute la menace d'une contamination radiologique d'envergure si toutefois tous les efforts entrepris ne permettaient d'enrayer le fusion des coeurs. Et au milieu de tout ça, on trouve des hommes, comme vous et moi, pompiers, policier, militaires, techniciens, experts, dont certains ont quitté les décombres dans lesquels ils étaient pour prêter main forte à la centrale de Fukushima n°1. Ces hommes, dont tout le monde se contre-fout apparemment, sont volontaires pour agir. Seulement quelqu'un a-t-il la moindre idée des risques qu'ils encourent pour accomplir des actions parfois très simples mais nécessaires?

L'activité au plus près de la centrale est importante, et le débit de dose est tel qu'il est impossible d'y séjourner au risque d'encourir de graves conséquences pour la santé. Cependant il faut agir, et pour celà il est nécessaire d'être au plus près pour être le plus efficace possible. Alors pour y arriver, il faut des volontaires, des Kamikazes diront certains et l'idée n'est pas tellement éloignée. Il va de soi qu'on ne jette pas les gens dans la gueule du loup, tel du bétail qu'on envoie à l'abattoir, car là où le bétail est contraint, le volontaire à toujours le choix de refuser. Cependant ils y vont car sans eux la partie serait jouée d'avance, Centrale 1 - Homme 0. Chaque action qu'il leur est demandée fait l'objet d'un calcul d'exposition en fonction des informations détenues et des valeurs acceptables au regard de la vie humaine. Le geste sera répétée jusqu'à ce qu'il soit parfait car ce qui compte c'est le temps. S'exposer le moins de temps possible pour sauver son "cul", c'est un des principes de la radioprotection. Je vulgarise abusivement, mais j'aimerais que les gens comprennent ce que les médias sont incapables d'expliquer avec des mots simples sans faire flipper personne. Une fois le geste ou l'action maîtrisée, on définit un temps limite pour l'accomplir, et il faudra s'y tenir sous peine de s'exposer excessivement. Une fois l'action et le temps défini, il ne reste plus à ces volontaires que de se jeter dans le bain avec l'espoir que cela contribue à une évolution favorable de la situation et en cela rien n'est moins sûr.

Alors pour résumer, actuellement, des hommes se portent volontaire pour accomplir une action qui engendrera inévitablement une exposition au rayonnement ionisant, dont ils connaissent la valeur et en acceptent les conséquences pour leur santé. Cette dose ne devrait pas être mortelle, loin de là, le dévouement ne saurait devenir un sacrifice, sinon les candidats ne seront pas légion. Mais toutefois, honneur doit leur être rendu car ils n'agissent pas que pour leurs compatriotes, mais pour le bien être de nous tous. N'oubliez pas que la nature n'a pas de frontière, et le vent emmène bien ce qu'il veut où il veut.

Je m'arrête là pour aujourd'hui et souhaite que cette situation trouve rapidement une issue favorable.

 

See you soon.

Published by MisterPainDpiss - dans Tokyo Marathon 2011
commenter cet article